Vimy Pilgrimage Award Blog – 5 April 2018

Still in the Ypres region, the 2018 VPA group toured the Ypres Salient with our wonderful guide Lucas. Sights included the Tyne Cot Cemetery, St. Julien Canadian Memorial, Langemark German Cemetery, the new ComingWorldRememberMe memorial installation, Hill 62, and the Christmas Soccer Truce Memorial. (Please note: participants will blog in their language of preference.)

Si un mot pouvait décrire mon expérience aujourd’hui, parmi les nombreuses expériences menées par notre guide Lucas dans une multitude de lieux historiques, ce mot serait : la quantification. Malgré les informations captivantes et les descriptions de symboles frappants, celles qui suscitèrent mes réflexions les plus profondes reposaient sur la quantification de la guerre. Que ce soit l’exploration d’immenses cimetières, de charnières ou de lieux de commémoration, j’ai pu appréhender une minuscule fraction des pertes monétaires, matérielles, et humaines, subies par les nations et les familles, une portion d’un bassin incompréhensiblement gargantuesque qu’aucun être ne peut concevoir. C’est là où j’ai découvert mon objectif pour cette expérience : de comprendre l’ampleur de la souffrance, du sacrifice et de la perte vécue par l’innombrable montant de soldats canadiens et de toutes autres nations lors de la Grande guerre.

Christophe Michaud-Lavoie, Dartmouth NS

 

A common theme among those who have visited First World War gravesites is a feeling of intense curiosity and profound impact. This has been 100% true for myself. One detail that has struck me in particular is the way that the opposing sides have honoured the fallen of their “enemies.” With the benefit of hindsight, we can see that all soldiers, regardless of their alliance, were just men trying to get themselves through a horrific time. So, when I see the striking difference between the headstones of the German soldier as opposed to the British, Canadian, or Australian, I can’t help but wonder if there is an absence of respect for the German sacrifice. For commonwealth soldiers, the headstones are marble and rounded. Their German counterparts are square and flat, of other material, and do not appear  to hold cemetery/memorial references. It could simply be a reflection of the difference in funerary customs. The contrast itself was made very apparent to me after we went to Langemark cemetery. The German cemetery was far more somber, has a far different atmosphere. The Commonwealth cemeteries hold resemblances to English gardens and give off an air of victory. Meanwhile, the German cemetery is covered in Oak trees, and hold many ties to the afterlife. So, while I question the difference to make such a blatant differentiation of tombstones, as long as we commemorate and acknowledge those fallen, we are moving in the right direction.

Katie Quinn, Belnan NS

 

Aujourd’hui a été une journée difficile émotionnellement pour moi. Dans une matinée grisonnante, nous sommes allés dans un cimetière de soldats allemands. Nous y avons appris que contrairement aux cimetières typiquement britanniques, plusieurs soldats étaient enterrés sous la même pierre tombale. J’ai trouvé ce concept intéressant car les britanniques font le contraire en essayant le plus possible d’avoir une pierre tombale pour un seul soldat. Depuis le début du programme, nous avons seulement visité des cimetières des Alliés, alors en voir un allemand m’a fait voir le massacre que la guerre à créer d’une manière différente, du côté des allemands. Aussi, il y avait dans ce cimetière plusieurs subtiles sens, chaque petit trait avait une histoire derrière son sens propre. Par exemple, on nous a expliquer que les arbres là voulaient démontrer la vie éternelle. J’ai trouvé cela incroyable que de si petites choses pouvaient avoir autant de sens dans cet endroit. De plus, dans ce cimetière, il y avait des statuts de simples soldats sans leurs chapeaux regardent au sol là où environ vingt-cinq mille soldats étaient enterrés, comme s’ils assistaient aux funérailles de ceux-ci. J’ai vraiment aimé cette touche de commémoration et cela m’as fait réaliser la difficulté de devoir enterré quelqu’un que l’on connait, ce que les soldats des armés ont dû faire chaque jour.     

Léa-Jade Bouchard, St-Augustin-De-Desmaures QC